Victor FAY info n° 3

Victor-Fay-portrait
Victor FAY  (18 mai 1903 – 29 juin 1991)

 

 

Prochaine réunion :Lundi 21 mai 2012 à 16 heures  au siège de l’association:81 Boulevard Suchet Paris 16ème  

Relevé de décisions succinct de la réunion du bureau de l’association le 23 janvier 

Le bureau de l’AAVPF s’est réuni le lundi 23 janvier 2012 au siège de l’association, 81 Bd suchet , Paris 16ème; étaient présents : Armand et Jacqueline AJZENBERG, Roger BARRALIS, Jean-Marie DEMALDENT, Simone FAY et Bernard RAVENEL (Etienne KLING et Michel THIERCELIN ne sont plus joignables) ; Gilles MORIN était excusé. Après avoir procédé à l’examen des points à l’ordre du jour, ont été prises les orientations suivantes :

– la dernière mise à jour du site, effectuée les 24 et 25 décembre 2011 par le gestionnaire, ne porte que sur 4 éléments relativement anciens (publications respectives en mars, mai, septembre et octobre 2011) ; R. Barralis prendra contact avec le gestionnaire du site (M. JAO) dont les coordonnées électroniques lui sont transmises par Simone Fay, afin de lui soumettre quelques propositions d’amélioration du site. Plus généralement, il sera souhaitable ensuite qu’il établisse une liaison avec le blog psu-ats, qui vient de créer un lien avec notre site ;

– les contacts exploratoires avec l’association des amis de tribune socialiste pour la création d’une fondation PSU (décision de la réunion précédente, le 9 novembre) n’ont pu encore avoir lieu, les ATS n’ayant décidé d’étudier ce dossier que lors de leur dernier CA (16 janvier) ; les échanges vont dès lors pouvoir commencer (et inclure accessoirement la proposition de prêts d’ouvrages de la bibliothèque du Bd Suchet) ;

– le contact avec l’association pour l’autogestion récemment créée, en vue de lui proposer, ainsi qu’aux éditions SYLLEPSE, un débat sur le thème : « Victor FAY, Victor LEDUC et l’autogestion » avec JM Demaldent et B Ravenel n’a pu se concrétiser ; il le sera prochainement par JM Demaldent avec Robi Morder ;

– les ventes de livres d’oeuvres de Victor FAY se poursuivent ; les prochaines échéances seront le débat organisé par les ATS le 23 mars au cinéma La Clef et l’AG des ATS le lendemain ; un dépôt sera proposé à la Maison des Passages à Lyon ainsi qu’à la Librairie SYLLEPSE à Paris.

Enfin la réunion a été l’occasion de débuter la reprise des cartes 2012 (cotisation de base : 10 euros, par chèque à l’ordre de Simone FAY, à transmettre au siège de l’association) et de constater que les travaux prévus au siège sont  réalisés ou en cours.

—————————————————————————————————

Vous trouverez dans ce numéro la notice biographique de Paule FAY parue dans le tome 5 du dictionnaire MAITRON du mouvement ouvrier (« le nouveau maitron »).

FAY Paule 

[née BASIA KAGAN Perla] – Pseudonyme : ROUGET Jeanne

Née en 1902 ou 1903 en Pologne, morte le 16 décembre 2002 à Paris ; conseillère juridique ; militante des JC, puis du PC jusqu’en 1936, puis de divers mouvements de gauche, membre du conseil national de la Nouvelle Gauche.

Née dans une petite ville de la partie ukrainienne de la Pologne, Perla Basia Kagan fut élevée dans une famille bourgeoise par une gouvernante allemande. Venue en France, elle étudia à Toulouse (Haute-Garonne) puis à Montpellier (Hérault) et obtint une licence de droit. Elle avait adhéré à l’âge de quinze ans aux Jeunesses communistes polonaises. À Toulouse, elle fit la connaissance de Victor Fay, d’origine polonaise, qu’elle épousa. Elle créa des Cercles marxistes avant de venir à Paris, en 1929, comme secrétaire de Jacques Duclos.

Elle s’occupa de l’école par correspondance de 1930 à 1934. Le bureau de l’école était installé au siège du PCF, 122 rue Lafayette. Elle fut responsable de la section d’éducation de l’Université ouvrière fondée fin 1932 et eut le contrôle de journaux d’usines. Dans Les Cahiers du bolchevisme, elle publia plusieurs articles concernant ces journaux, notamment celui de l’usine Hotchkiss à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis).

En 1931, elle avait publié un article contre la LICA qui se concluait ainsi : « Notre lutte contre les dangers de guerre impérialiste et pour la défense de l’URSS est inséparable de la lutte acharnée contre les pacifistes de toutes mouvances. »

Elle quitta le Parti communiste en 1936 avec Victor Fay et le groupe « Que faire ? » et travailla dans un cabinet d’avocats.

Après la guerre, elle poursuivit ses activités, notamment dans les années 1956-1957 à la Nouvelle Gauche où elle fut membre d’une commission financière nationale et élue au conseil national par la fédération de la Seine.

Après la mort de son mari (29 juin 1991), avec une association des « Amis de Victor Fay », elle déploya tous ses efforts pour que ses derniers travaux soient édités.

SOURCES : Politique aujourd’hui, novembre-décembre 1976 (« L’Agit-prop. » par V. Fay). — Les Cahiers du bolchevisme, 1931-1933. — Nouvelle Gauche. Bulletin du Mouvement uni de la nouvelle gauche, n° 2, 10 février 1957, Nouvelle Gauche. Organe du Mouvement uni de la nouvelle gauche, 2e année, n° 24, du 24 mars au 7 avril 1957. — V. Fay, La Flamme et la cendre, Presses universitaires de Vincennes, 1989. — Yasmine Siblot, La Formation politique de militants ouvriers. Les écoles élémentaires du Parti communiste français de leur constitution au Front populaire, Cahiers du Centre fédéral Henri Aigueperse, FEN, Paris, 1998 (n° 24), p. 275 et passim. — Le Monde, 20 décembre 2002.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s